Mécanisme international de prévention et d’anticipation des situations de fragilités au Sahel (MIPAS)

Contexte 

Le Réseau de Réflexion Stratégique sur la Sécurité au Sahel (2r3s) entreprend la mise en place d’une plateforme de concertation, de partage d’information et de dialogue entre praticiens (développement, diplomatie, défense : les 3D), secteur académique et société civile. Elle s’inscrit dans la continuité du projet de renforcement capacitaire des centres d’études stratégiques des pays du G5 Sahel, initié en collaboration avec le gouvernement malien sous présidence du G5 Sahel.

Moyens/fonctionnement : 

La plateforme sera pourvue d’un bureau permanent, basé à Genève, comprenant au maximum cinq personnes afin de gérer les affaires administratives, la logistique, les relations avec les partenaires, la relation entre les experts, la représentation, etc. Ce mécanisme bénéficie de la mise en réseau des experts du 2r3s qui font le lien entre l’Afrique et les partenaires extérieurs. 

La plateforme MIPAS sera dotée d’un conseil d’orientation et de suivi, d’un bureau exécutif et d’un Haut Représentant qui assurera les relations politiques et diplomatiques avec les membres de la plateforme et les différents partenaires techniques et financiers. Son rôle est essentiel car il sera le lien direct entre les différentes parties prenantes et devra assurer un suivi dynamique des projets initiés. Il devra également assurer la coordination et la bonne communication entre les différents organes de la plateforme. 

La plateforme se réunira une fois par trimestre pour faire le point sur les différents projets en cours et pour évaluer les résultats des différentes actions entreprises sur le terrain. 

Pour son bon fonctionnement, MIPAS devra s’appuyer sur un budget propre afin d’assurer la pérennité de notre action. 

Objectif global 

Création d’un mécanisme international de prévention et d’anticipation des situations de fragilité au Sahel et en Afrique de l’Ouest avec une feuille de route sur cinq années. 


Objectifs spécifiques 

1) Créer un espace de rencontre et de lien permanent entre praticiens (les 3D : développement, diplomatie, défense), secteur académique et société civile afin de renforcer les relations et la collaboration entre les acteurs de la réflexion et ceux de l’action ; 

2) Promouvoir une réflexion stratégique opérationnelle pour dynamiser le dialogue, la concertation et le partage d’information entre les acteurs susmentionnés ; 

3) Contribuer à la réflexion et au débat de la problématique sécuritaire au Sahel sur les sujets suivants : 

     – Prévention et lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent ;

     – Enjeux et impacts des approches globales au Sahel ;

     – Réflexion sur l’articulation entre sécurité et développement et sur le rôle des jeunes, des femmes et plus largement de la société civile au Sahel et en Afrique de l’Ouest ;

   – Analyse de l’évolution des menaces qui sévissent dans la sous-région;

   – Réflexion sur la prise en compte du respect des droits de l’Homme et de l’Etat de droit dans la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme ;

      – Enjeux d’une compréhension partagée de la problématique migratoire entre l’Europe et l’Afrique.

4) Créer, à l’endroit des praticiens et de la société civile, un système de veille stratégique pour assurer : 

   – La diffusion et le partage de la production académique sur le Sahel ;

   – La prise en compte et la connaissance des différentes initiatives pour la paix et la sécurité au Sahel et en Afrique de l’Ouest.

5) Élargir, par la concertation entre parties prenantes, le spectre de l’analyse préventive et de l’alerte précoce en mettant au cœur de ce nouveau mécanisme les outils suivants : 

   – Centre Sahélien d’Analyse des Menaces et d’Alerte Précoce (CSAMAP) du G5 Sahel ;

   – Observatoire Régional d’Alerte et d’Analyse Stratégique en Afrique de l’Ouest (ORAAS) ;

   – WANEP (West African Network for Peacebuilding).

6) Contribuer à la pérennité et à l’efficacité de la plateforme en assurant un suivi et des formations de haut niveau pour les praticiens, les jeunes, les femmes, les médias et les parlementaires. 


En conclusion

La plateforme MIPAS, de par sa mobilisation au niveau de la société civile et du monde académique, qui s’inscrit dans une logique collaborative avec le pouvoir politique, est un appel à l’instauration de nouveaux modes de gouvernance multi-niveaux en matière de sécurité et de développement, en Afrique et au Sahel.