Le 2r3s produit des analyses et des recommandations à vocation opérationnelle, destinées à enrichir les politiques et les outils des gouvernements, des institutions et des organisations sahéliennes et de leurs partenaires.

Contexte 

La situation qui prévaut au Sahel se caractérise par des tensions socio-politiques, des difficultés économiques des pays de la sous-région, des régimes politiques fragiles et une instabilité sécuritaire symbolisée par l’incapacité de l’État à contrôler l’étendue des territoires et notamment des zones frontalières. Ces dernières décennies, les évolutions structurelles qui ont conduit à une forme « d’incertitude » régionale, interrogent sur l’adéquation des mesures prises face aux défis sécuritaires et en matière de développement. Les actions sécuritaires seules ne remplissent pas leur rôle, c’est à l’interface de la sécurité et du développement (Security Development Nexus) que les solutions seront trouvées. 

Alors qu’un nombre considérable de stratégies (bilatérales et multilatérales) visent à enrayer les menaces à la stabilité, force est de constater qu’un hiatus s’opère entre les discours, les volontés et les réalisations effectuées sur le terrain. En parallèle de ces stratégies, les réflexions sur la problématique sécuritaire au Sahel fleurissent, sans pour autant avoir les effets escomptés, à savoir : appréhender avec acuité la complexe équation sahélienne. 

Partant de là et au vu des moyens conséquents dépêchés pour le Sahel, le 2r3s se propose de répondre à cet enchevêtrement composite par la mise en place de nouveaux outils pour pallier les insuffisances d’analyses des causes réelles de l’insécurité et permettre davantage de synergie et de cohérence dans les actions menées en faveur des États sahéliens. 

La mise sur pied du Réseau de réflexion stratégique sur la sécurité au Sahel (2r3s) vise à créer un outil de réflexion et une plateforme de dialogue et de travail entre les chercheurs spécialisés dans la région et les praticiens nationaux (Défense, Diplomatie, Développement). Le réseau produira des analyses et des recommandations à vocation opérationnelle, destinées à enrichir les politiques et les outils des gouvernements, des institutions et des organisations sahéliennes et de leurs partenaires. 

Le 2r3s a été conçu pour renforcer les capacités des États en recherches, analyses et dynamiser le lien recherche-institutions-praticiens. Le 2r3s est représenté par des partenaires institutionnels, des ONG, des acteurs privés dans les différents pays mentionnés. 

Un tel dispositif d’expertise non-institutionnel, au service des décideurs et des acteurs de la paix et de la sécurité au Sahel, offre l’avantage de mobiliser en toute indépendance les capacités et les personnes ressources en Afrique et dans le reste du monde afin de les relier plus étroitement aux acteurs publics et aux structures institutionnelles. 

Le 2r3s : structure et raison d’être 

Le Réseau de Réflexion Stratégique sur la Sécurité au Sahel (2r3s) est le fruit de la mobilisation d’experts, chercheurs, acteurs des médias, praticiens (développement, diplomatie, défense) pour contribuer au débat de la problématique sécuritaire dans l’espace sahélo-saharien. Le 2r3s n’est pas un « think tank ». Ses objectifs dépassent le cadre académique. Le réseau s’inscrit dans une logique opérationnelle, en tant qu’outil d’aide à la décision. Le 2r3s est une association française (loi 1901) présente dans l’ensemble des pays du G5 Sahel, au Sénégal et en Côte d’Ivoire. L’action du 2r3s se scinde en deux dimensions. D’une part, le renforcement des capacités de réflexion stratégique des États de la sous-région. Et d’autre part, dans la mise en oeuvre d’une plateforme de concertation, de partage d’informations et de dialogue entre praticiens, décideurs, organisations de la société civile et secteur académique (projet MIPAS). Le 2r3s a été pensé pour dynamiser et pérenniser la collaboration entre experts internationaux et parties prenantes africaines, en matière de sécurité et de développement. Pour ce faire, le 2r3s développe des partenariats institutionnels et avec la société civile dans les différents pays de l’espace sahélo-saharien. Il vise également au renforcement des liens de collaboration entre acteurs de la réflexion et ceux de la décision.